Philida de André Brink

Un très grand livre qui mérite le détour !

Editions Babel, ISBN 978-2330066888, 384 pages, 8,80 €

 

Afrique du Sud, 1832. La jeune esclave Philida, tricoteuse du domaine Zandvliet, a eu quatre enfants avec François Brink, le fils de son maître. Lorsqu'il se voit contraint d'épouser une héritière fortunée du Cap, François trahit sa promesse d'affranchir Philida. Celle-ci décide alors d'aller porter plainte contre la famille Brink auprès du protecteur des esclaves. Tandis que les rumeurs d'une proche émancipation se répandent de la grande ville aux fermes reculées - l'abolition de l'esclavage dans l'Empire britannique sera proclamée en 1833 -, l'opiniâtre Philida brise peu à peu ses entraves au fil d'un chemin jalonné de luttes, de souffrance, de révélations, d'espoir. 

Voilà un livre assez passionnant, car son histoire n'est pas banale. En effet,  André Brink a écrit ce roman à partir d'un épisode de son histoire familiale. Ce livre raconte non seulement l'histoire d'une femme qui survit et se bat tous les jours pour sa survie et celle de ses enfants, mais elle croit aussi en la justice. Elle aime passionnément et cela lui permet de ne pas avoir de limites et de se dépasser dans tout ce qu'elle fait : porter plainte envers le père de ses enfants - un blanc !-, partir et refaire sa vie avec ses enfants, et surtout pourvoir un jour être libre.

Un petite anecdote : ce livre m'a aussi interpellé par l'activité que réalise Philida : elle tricote, autrement dit, c'est une tricoteuse ! Ce métier hors du commun et que je voie pour la première fois dans un livre m'a vraiment amusé et intéressé.

Un livre à lire et à faire lire pour se souvenir...

Écrire commentaire

Commentaires : 0