Les gardiens du Louvre de Jirô Taniguchi

Un plaisir pour les yeux, une belle rencontre !

Editions Futuropolis (2014), ISBN 978-2754810159, 20€

 

Au terme d'un voyage collectif en Europe, un dessinateur japonais fait étape en solitaire à Paris, dans l'idée de visiter les musées de la capitale. Mais, cloué au lit de sa chambre d'hôtel par une fièvre insidieuse, il se trouve confronté avant tout à une forme de solitude absolue, celle des souffrants en terre étrangère, privés de tout recours immédiat au cœur de l'inconnu. Alors que le mal lui laisse quelque répit, il met son projet à exécution, et se perd dans les allées bondées du Louvre. Très vite, il va découvrir bien des facettes insoupçonnées de ce musée-monde, à la rencontre d'œuvres et d'artistes de diverses époques, au cours d'un périple oscillant entre rêve et réalité, qui le mènera pour finir à la croisée des chemins entre tragédie collective et histoire personnelle.

 

Note: Impression inversée, sens de lecture en japonais

 

Je le dis tout de suite, je ne suis pas attirée par les Mangas. Cependant, je n’ai pas eu de difficultés pour me décider rapidement à prendre ce livre à la bibliothèque pour le lire chez moi ! J’ai de suite adhéré aux dessins et aux couleurs, mais j’ai finalement eu plus de mal pour m’approprier les histoires …

 

Ce livre (j’ai un peu de mal à dire Manga, car pour moi, il sort un peu de la catégorie Manga) est donc dessiné par Jirô Taniguchi, auteur Japonais.

 

 

Tout d’abord son format atypique d’environ 130 pages se lit de droite à gauche. Je n’ai jamais lu dans ce sens de lecture et après quelques loupés ( !) j’ai quand même réussi à m’y faire petit à petit.

 

Ensuite ce livre est magnifique par ses dessins, l’effet aquarelle est tout juste bluffant, les détails du Louvre et des œuvres sont incroyables. Les tons pastel prédominent nettement dans la Bande dessinée et procurent une sensation de zénitude assez étonnante. En fait, j’ai déjà ressenti cela en lisant un roman japonais, il n’y pas très longtemps : on a cette impression que le temps est suspendu… (« Je reviendrai avec la pluie » de Takuji Ichikawa).

Un dernier point concernant la plume et qui n’est pas des moindres, moi qui ne suis pas adepte des mangas, je dois avouer que je trouve les dessins de Jirô Tanigushi très accessibles pour les gens qui sont un peu curieux mais pas forcément fan de Mangas.

Ce livre comprend 4 chapitres (chacun pour une histoire) et un épilogue. Je n'ai pas vraiment été emballée par les histoires cependant je n’y verrai pas un point négatif. En effet, je pense que cela vient plus de moi et de ma difficulté à comprendre la culture japonaise.« Paris, 1939 » est mon chapitre préféré, il relate l'évènement du sauvetage des œuvres du Louvre pour les mettre à l’abri d’une invasion allemande. C’est un bel hommage à Jacques Jaujard et Pierre Schommer, deux des protagonistes de ce sauvetage incroyable.

 

Je ne suis pas étonnée quand je lis que l'oeuvre de Jirō Taniguchi est reconnue et a conquis un large public en France. Il dit lui-même « Au Japon, souvent on trouve mes histoires trop sobres, trop littéraires, alors qu'en France je sens une attention très profonde à mon travail, notamment au texte.»

 

Conclusion : une belle lecture pour les yeux rendue possible grâce aux formidables dessins de Jirô Tanigushi. Une lecture que je conseille surtout aux personnes qui n’ont a priori pas d’affinités pour les bandes dessines Japonaises car ce sera , j’en suis sûre une belle découverte !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0