Les heures silencieuses de Gaëlle Josse

Ce petit livre est ce que j’appelle un petit bijou …

Editions Autrement, ISBN 9782746715011 , 13€

 

Tout paraît à sa juste place dans la vie de Magdalena, épouse de Pieter Van Beyeren, administrateur de la Compagnie des Indes orientales à Delft. Rigoureuse, maîtresse d'elle-même, elle aurait pu succéder à son père. Mais le commerce est réservé aux hommes. Sa place est au foyer. Magdalena doit se limiter à cet espace intérieur, où elle a souhaité se faire représenter à son épinette, de dos. Un décor à secrets, que son journal intime dévoile. Déceptions, souvenirs, drames familiaux, mais aussi joies, et désirs interdits... Dans le silence de l'heure, derrière le précaire rempart de l'ordre et de la mesure, Magdalena transcrit les vacillements de son cœur, explorant les replis les plus secrets de l'âme.

 

Ce petit livre d’à peine 150 pages et qui se lit en une bonne heure pour les plus rapides, se déguste et se lit au calme. Tout commence avec la couverture de ce livre qui reprend un tableau d'Emmanuel De Witte que l'on peu trouver au musée d'Amsterdam ...Ce tableau représente Magdalena, notre personnage principal de ...dos.

Magdalena, Hollandaise qui vit au XVII siècle, a un besoin presque vital de dévoiler un peu ses secrets et ses états d'âme. « À l'heure où mes jours se ternissent comme un miroir perd son tain, le besoin de m'alléger de ce qui m'encombre devient plus fort que tout. Je garde l'espoir, naïf peut-être, qu'un tel aveu sera comme l'amputation d'un membre inguérissable qui, pour douloureuse qu'elle soit, permet de sauver le reste du corps ». Et pour cela, elle va utiliser la plume et le papier : « C’est donc à ces papiers que mon histoire s’adressera. On les trouvera à ma mort, ou ils demeureront ignorés de tous, cela m’importe peu ».

 

Le texte est tout simplement beau, doux et intimiste : j’ai eu l’impression d’avoir une confession et d’être en tête à tête avec elle. Et même si j’utilise le mot confession, je n’ai pas eu l’impression qu’elle cherchait à savoir si j’étais d‘accord ou pas, elle m’explique des moments clefs et forts de sa vie, ses joies, ses peines, ses doutes et ses envies.

 

J’ai dû lire ce livre en deux fois, et cela a été une déchirure de devoir remettre la fin de ma lecture au lendemain … Un conseil, essayez de le lire d’un seul trait !

 

Magdalena est un personnage formidable : elle est passionnante, surprenante et très moderne par certains aspects. Elle a la tête sur les épaules. Elle est proche de ses enfants : elle les connaît parfaitement et les aime. Elle pense qu’un mariage doit se faire avec de l’amour. Son questionnement sur les esclavagisme en dit long également "Je ne sais pas si cela est juste de transporter des êtres semblables à nous, tels des sacs de noix de muscade ou des tonneaux de cannelle"

Beaucoup de thèmes sont abordés dans ce tout petit livre et beaucoup tournent autour du thème de la femme: la femme et le travail, la place de la femme dans le couple, la femme en tant que mère "Les hommes ignorent ce qu'il se passe dans nos cœurs et dans nos corps : ils comprennent mal qu'une mère aime sans raisonner, et toujours se tracasse de demain.", et enfin sa relation avec Dieu.

 

Il est étonnant et tout simplement fantastique qu’avec une telle économie de pages et de mots, Gaëlle Josse nous fasse passer par autant d’émotions ! C’est un régal et un plaisir. C’est un énorme coup de cœur en ce qui me concerne. Ce livre pris à la bibliothèque va se transformer par un achat pour finir chez moi : un must ….

Écrire commentaire

Commentaires : 0