The secret diary of Adrian Mole ... de Sue Townsend

***** Petit livre qui ne paye pas de mine mais qui garde bien ses secrets !

Editions Methuen, ISBN 9780413537904, £1,95

 

Teen angst has never been such serious business - or this much fun! In his secret diary, British teen Adrian Mole excruciatingly details every morsel of his turbulent adolescence. Mixed in with daily reports about the spot sprouting on his chin are heartrending passages about his parents' chaotic marriage. Adrian sees all, and he has something to say about everything. Delightfully self-centered, Adrian is the sort of teen who could rule a much better world - if only his crazy relatives and classmates would get out of his way!


Je l’ai découvert par hasard au fond d’un carton de livres destinés à disparaître …

Ce livre est tout sauf un livre à jeter : en effet, ce petit bijou d’humour anglais m’a permis de passer quelques heures plus que sympathique. Chaque jour Adrian note dans son journal intime, ses impressions, ce qu’il s’est passé, ce qu’il espère, ses doutes ;… Il a écrit tous les jours sauf un : le jour où il a dû partir en camp d’entrainement de survie le samedi 17 octobre ! Il écrit le 18 octobre à 8 heures du matin : « It is wonderful to be back to civilization ! ». Quand il se fait opérer des amygdales, il continue de remplir son journal malgré sa fatigue et la douleur. Donc, autant dire que ce petit bonhomme est très fidèle à son journal et c’est tant mieux car on en apprend beaucoup sur lui, sa famille – ses parents, sa grand-mère, ses amis, Pandora, Bert son ami de 90 ans, son chien, le chien de Bert, … et j’en passe. Tout le monde en prend pour son grade et c’est très comique si vous appréciez l’humour anglais.


Des exemples:

” […] Bert was in a terrible state. He had lost his false teeth. He has had them since 1946, they have got sentimental value for him because they used to belong to his father.”

“[…]  I am reading the “Mill on the Floss, by a bloke called George Eliot”

“Pandora and I are in Love! It is official! She told Claire Neilson, who told Nigel, who told me.”

 

Le niveau d’Anglais requis n’est pas très important, je pense qu’un bon niveau de Lycée – Bac peut se lancer dans l’aventure. Les phrases sont courtes, les paragraphes également pour la plupart et il se passe toujours quelque chose pour relancer l’intérêt de la lecture. On retrouvera ici, le vocabulaire simple de tous les jours

 

Sachez que ce livre a reçu des prix: Books I Loved Best Yearly (BILBY) Awards for Secondary (1990) et West Australian Young Readers' Book Award (WAYRBA) for Older Readers (1985)

Écrire commentaire

Commentaires : 0